Schéma directeur numérique

L’Université de Strasbourg a été la première université française à se doter d’un Schéma Directeur Numérique (SDN) en 2010, marquant ainsi une maturité précoce dans la mesure des enjeux liés au développement du numérique.

La stratégie numérique pour la période écoulée « 2010-2014 » portait sur 5 axes clés s’appuyant sur 7 programmes eux-mêmes structurés en une cinquantaine de projets. Ceux-ci ont fortement structuré l’établissement dans ses infrastructures, son pilotage, ses services. Intrinsèquement, l’université a changé grâce au numérique et ses usagers ont accès aujourd’hui à un écosystème numérique plus évolué, plus proche des besoins, même s’il n’est pas entièrement abouti.

Les axes structurants de ce premier SDN ont été :

  • Disposer d’une infrastructure à l’état de l’art supportant le développement des usages futurs : la question du réseau, de sa qualité, de sa disponibilité, de la sécurité, de l’accès dans le campus ou en mobilité sur le campus. Envisager, dans le cadre du contrat de Site, une Dorsale Numérique Académique (DNA) à très haut débit Renforcer le méso-centre et disposer d’une grille de calcul intensif Alsacalcul (HPC) reconnue avec des capacités de stockages suffisants pour faire face aux besoins sans cesse augmentés (Big Data) et une plateforme de services, Alsacalcul services ouverte aux autres acteurs de l’écosystème de l’innovation.
  • Adapter son système d’information de gestion et de pilotage pour accompagner le passage aux Responsabilités et Compétences Élargies (RCE) et la mise en place du contrat quadriennal de l’université, mais également favoriser la dématérialisation des processus internes dans une logique d’efficience.
  • Assurer et faciliter l’accès aux contenus et aux services via des plateformes innovantes, cohérentes entre elles, adaptées aux technologies actuelles (Web 2.0, blog, forum, Wiki…) et aux enjeux d’évolution clés en termes de personnalisation des contenus et de mobilité. Ces plateformes concernent principalement l’Environnement Numérique de Travail (ENT) dédié à la communauté de l’université et le portail dédié à la recherche.
  • Établir une approche différenciée et exemplaire de gestion de la relation à l’étudiant et de la vie universitaire. Il s’agit de disposer d’informations uniques et personnalisées autour d’un système de gestion de la relation « étudiant », pour la gestion et le suivi de ces derniers et des anciens (alumni).
  • Intégrer des services innovants dans les domaines de la valorisation, de la formation et de la recherche grâce à la mise en place d’une « usine numérique des savoirs », correspondant à la production et à la capitalisation des travaux des enseignants, des chercheurs, voire des étudiants, et de la bibliothèque numérique intégrant les ressources acquises ou produites par l’université. L’enjeu est la constitution, la gestion et la valorisation du patrimoine numérique de l’université.Mais ces cinq années écoulées ont connu un changement important du contexte dans lequel l’université exerce ces missions.
  • Les étudiants entrant à l’université, tous désormais natifs du numérique, expriment d’autres attentes ; ils apportent avec eux une culture numérique qu’il convient de mieux prendre en compte.
  • Les enseignants sont entrés massivement dans des pratiques évoluées, dans lesquelles le numérique tient désormais une place déterminante mais raisonnée, et on peut le voir à la lueur de leurs projets, la communauté semble prête à diversifier sensiblement ses approches de l’enseignement. Des nouvelles modalités, des nouvelles organisations, des nouveaux publics nous guident vers de nouveaux enjeux : l’offre de formation doit évoluer, servir un continuum de la formation initiale à la formation tout au long de la vie où les universités sont enjointes de prendre une place prépondérante par le gouvernement. Le numérique se révèle être de plus un plus un excellent support à l’innovation, l’influence des usages et technologies numériques sur ses processus d’innovation est indéniable.
  • La recherche est confrontée à de nouveaux enjeux : la massification des données accessibles qui change les approches, la science ouverte, la circulation et la protection des résultats de la recherche qui doivent prendre en compte de nouveaux modes, plus diversifiés mais plus concurrentiels.
  • L’université doit également conserver et développer sa capacité à répondre aux grandes transformations territoriales ou économiques dont le numérique est un moteur : les grands investissements nationaux ou internationaux, les projets transfrontaliers et la construction du Campus européen, la collaboration internationale, l’offre de services numériques à destination des acteurs économiques, ce qui implique de maintenir et développer les infrastructures en rapport avec ces ambitions. En interne, ce même souci de maintien et de développement des équipements et infrastructures au service des missions de l’université est la condition de l’atteinte des objectifs.

L’objectif général du schéma directeur du numérique (SDN) est de fixer des orientations stratégiques ou de les adapter, des priorités et de proposer des projets pour la période 2016-2020.

Sa production doit concrétiser l’élaboration d’une véritable politique digitale pour l’établissement, dans le contexte du contrat de site comme dans celui de la réforme territoriale.

Le SDN se veut être une démarche fédérative et participative pour :

  • analyser les enjeux auxquels doit faire face l’institution au regard des évolutions internes et externes, des orientations gouvernementales, des attentes des usagers en matière numérique et du bilan du schéma précédent.
  • tracer les axes stratégiques offrant une réponse efficiente et pragmatique aux enjeux identifiés tout en garantissant une continuité avec le schéma stratégique précédent.
  • définir les orientations et les décliner en priorités, supports des projets, permettant de disposer d’une maille de pilotage opérationnel et d’arbitrage tenant compte des priorités et des ressources disponibles.

La présente consultation a pour objet le recours à une prestation d’accompagnement méthodologique pour l’écriture du nouveau Schéma Directeur Numérique (SDN) de l’Université de Strasbourg, couvrant la période 2016-2020.

L’écriture du nouveau SDN a été actée par le Comité d’orientation stratégique du numérique, présidé par le Président de l’Université de Strasbourg, en appui sur la lettre d’orientation stratégique présentée par le Vice-président en charge de la stratégie numérique.

La conception et l’écriture du premier schéma directeur du numérique en 2009-2010  avait nécessité un accompagnement conséquent compte-tenu du contexte d’alors : aucun schéma directeur numérique universitaire n’existait, l’Université de Strasbourg venait de naître par la fusion des établissements strasbourgeois, la stratégie numérique de l’établissement devait entièrement être pensée. L’Université de Strasbourg a été par ailleurs la première université à être accompagnée par la Caisse des dépôts et consignations pour l’écriture de son SDN.

Le contexte actuel est bien différent : l’université a atteint une maturité en la matière et elle dispose d’une gouvernance du numérique et d’une organisation très structurées.

Ainsi, l’écriture du nouveau SDN peut s’appuyer sur la vice-présidence en charge de la stratégie numérique, sur les vice-présidents délégués et les chargés de mission qui lui sont rattachés, ainsi que sur le Directoire du système d’information composé en sus de la Direction générale, de la Direction informatique, de la Direction des usages du numérique et du Service commun de documentation.

Le prestataire retenu devra donc apporter un appui méthodologique à l’ensemble des acteurs cités supra, qui seront en charge de la conception et de l’écriture du nouveau SDN. Il pourra s’appuyer sur les guides méthodologiques nationaux publiés par la Caisse des dépôts et consignations, la Conférences des présidents d’universités et le Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche.